Présentation de la Cdc

À la frontière de la Gironde et du Lot-et-Garonne, à 70 km de Bordeaux et à 20 de Marmande, la communauté de communes du Réolais en Sud-Gironde est née de la fusion entre 2 communautés de communes constituées en 2004 puis de l’intégration de nouvelles communes entre 2014 et 2017. Sur un territoire rural traversé par la Garonne, elle fédère aujourd’hui 41 communes qui ont mis leur volonté et des moyens en commun pour répondre efficacement aux enjeux de développement durable et d’aménagement du territoire, mais aussi pour apporter des services de qualité aux habitants dans le domaine de l’enfance, de la jeunesse, de la culture et du sport.

En quelques dates

1er janvier 2004 : naissance des intercommunalités

2 communautés de communes ont vu le jour le 1er janvier 2004 :

– La communauté de communes du Pays d’Auros réunit 13 communes (moins Sigalens en 2013)

– La communauté de communes du Réolais fédère 23 communes.

1er janvier 2014 : naissance de la CdC du Réolais en Sud-Gironde

CdC du pays d’Auros et CdC du Réolais fusionnent et accueillent 3 nouvelles communes du Monségurais (Monségur, Saint-Vivien de Monségur et Roquebrune). Ensemble, ces 38 communes créent la communauté de communes du Réolais en Sud-Gironde.

1er janvier 2015 : Départ de 2 communes

Les communes de Lados et de Castillon-de-Castets quittent la CdC.

1er janvier 2017: Intégration de 5 nouvelles communes

5 nouvelles communes qui faisaient partie de la communauté de communes des coteaux macariens rejoignent la communauté de communes du Réolais en Sud-Gironde :

  • Caudrot,
  • Sainte-Foy-la-longue,
  • Saint-Martin-de-Sescas,
  • Saint-Laurent-du-Plan,
  • Saint-Pierre-d’Aurillac.

Aujourd’hui

Une communauté de communes qui rassemble

41 communes,

24 000 habitants

Qu’est-ce qu’une communauté de communes ?

Une communauté de communes est un « Etablissement public de coopération intercommunale » (EPCI) qui regroupe plusieurs communes sur un territoire d’un seul tenant. L’objectif est d’établir un espace de solidarité en vue de réaliser un projet commun de développement et d’aménagement de l’espace.

CdC, les avancées législatives

La loi relative à l’administration territoriale de la République (dite « loi ATR » ou « loi Joxe ») crée des « communautés de communes », destinées aux zones rurales et des « communautés de villes » pour les zones urbaines.

La loi relative au renforcement et à la simplification de la coopération intercommunale (dite « loi Chevènement ») réforme et simplifie les modalités d’organisation de l’intercommunalité.

La loi relative aux libertés et responsabilités locales renforce les possibilités de transformation et de fusion, et encourage une intégration intercommunale accrue.

Visant à renforcer les intercommunalités, la loi NOTRe a fait passer le seuil pour constituer les CdC de 5 000 à 15 000 habitants et prévu qu’elles soient organisées autour de bassins de vie.