GIRONDE HAUT MÉGA : UN CHANTIER HISTORIQUE

Le plus grand chantier départemental de France

Le Plan Gironde Haut Méga a été lancé en 2007 par le Département avec la création du syndicat mixte Gironde numérique puis le choix d’un opérateur, Orange, pour garantir partout en Gironde le Très haut débit.

Face aux carences du secteur privé, parce que l’usage d’internet augmente de 30% chaque année, et que les anciens réseaux cuivre arrivent à saturation, un plan de travaux ambitieux a été engagé.

Ce projet se décline en deux phases : un plan d’urgence pour les 39 communes priorisées en 2016-2017 ; une deuxième phase sur toute la Gironde délaissée par les opérateurs, en dehors de Bordeaux Métropole et Libourne.

A cet égard, le slogan de la campagne de communication est clair : Amener la fibre au fin fond des campagnes, tout le monde s’en fout, eh bien pas nous ! 

410 000 nouveaux foyers vont être raccordés à la fibre optique.

Le déploiement sera réalisé sur 6 ans au lieu des 10 envisagés. 1 224 chantiers seront répartis sur toute la Gironde.

28 800 km de fibre seront déployés et 9 375 km² équipés sur les 10 000 km² que représente la superficie de la Gironde.

Cet investissement pour l’avenir représente 669 millions d’euros.

Les collectivités locales participent au financement à hauteur de 115 millions d’euros au lieu des 200 millions annoncés initialement.

Cet investissement majeur va créer plus de 500 emplois.  178 000 heures d’insertion et 31 549 heures de formation par la clause d’insertion professionnelle sont intégrées dans le marché.

Face aux carences des opérateurs privés, le Département, les communautés de communes, la Région, l’Etat et l’Europe renforcent le service public.

L’objectif est clair : 100 % de fibre à l’abonné !

Voilà un engagement fort pour l’équité entre les territoires !

 

 

Concernant le territoire du Réolais en Sud-Gironde

La CdC s’est engagée à financer le projet « Gironde Haut Méga » à hauteur de 637 668 € au total pour l’ensemble du territoire de la CdC sur 18 ans de 2019 à 2036.

Les communes membres prendront en charge la moitié de cette somme au prorata des prises raccordées.